Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ALPES ET PYRENEES

ALPES ET PYRENEES

Le Pyrénéen vous invite dans le monde de la montagne à la rencontre de la Faune et de la flore du massif Alpin au massif Pyrénéen et plus précisément l(Ariége)

Publié le par le pyrénéen
Publié dans : #randonnée montagne

Goutte d’eau au cœur du vallon,

La journée s’annonce caniculaire dans les vallées, nous avons donc pris la route en direction de la chaîne de Belledonne sur son versant du Grésivaudan. Nous roulons en direction de St Mury pour atteindre le parking situé en contrebas du Pré Raymond.

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque quelques virages après Saint Mury, nous sommes stoppés par une équipée un peu particulière. Des Freeriders se préparent pour dévaler à toute allure les 3.6 kms de cette petite route de montagne avec un dénivelé de 340 m avec des virages en épingle et une pente qui avoisine par endroit les 12%.

Nous avons quand même l’autorisation d’accéder au bout de cette route.

Nous voilà au départ de notre randonnée, la température est déjà au-dessus des 25°C. Il faut préciser que l’heure aussi est déjà bien avancée, il n’est pas loin de 10h00. Mais c’est la randonnée du mois d’août et nous avions décidé de partir plus tard, pour profiter de la journée en altitude et de s’extraire de la fournaise qui nous attend au retour dans la vallée.

Cette randonnée commence en sous-bois, ce qui est très appréciable en ce jour de forte chaleur. Le point de départ se fait aux alentours de 1300m, le sentier suit un ancien chemin forestier qui a souffert avec le temps. Nous arrivons sur le Pré Raymond, là s’offrent à nous deux possibilités, soit continuer sur la route forestière qui mène au refuge du Pré Mollard, soit emprunter le sentier qui a été l’objet d’un chantier de réhabilitation dans le cadre des chantiers Concordia en juillet 2011 sous l’égide de divers organismes.

Nous optons pour la route forestière, elle rallonge un peu le parcours mais celui-ci est moins accidenté. La montée se fait mi- ombre mi- soleil, c’est appréciable.

Nous arrivons à l’orée de la forêt et devant nous, le refuge du Pré mollard se découvre à nos yeux. Classé gîte de France et gîte d’Alpage, il trône à 1734 m d’altitude avec une vue dégagée sur la ville de Grenoble. De grandes tables accueillent le randonneur pour une pause ou une halte pour la nuit.

Nous poursuivons notre ascension par l’alpage situé en amont du refuge, le sentier déroule sur le flanc de montagne et va nous mener sur un premier col qui nous donne la vue sur le refuge Jean Collet, Face à nous se dresse le grand pic de Belledonne et la croix du même nom. Le sentier part sur la droite en direction du Col de la Sitre.

Dans l’alpage, nos pas croisent un troupeau de vache qui paît tranquillement sur un replat herbeux. Peu après nous basculons sur le versant Ouest, le sentier coupe une belle combe, au loin, nous apparaît la cabane du berger du lac de la Sitre, nous avons encore une ½ de marche avant de rejoindre le bord de cette goutte d’eau nichée au cœur d’un vallon.

Nous nous posons sur la crête qui surplombe le lac, pas d’ombre à l’horizon. Alors, nous nous organisons, l’on fiche deux bâtons de randonnée dans le sol, une cordelette de 8.00 m de long pour les stabiliser et l’on accroche une vielle couverture de survie. Voilà un abri de fortune qui nous permet de passer une bonne partie de l’après-midi avec un peu d’ombre pour nous protéger des rayons de soleil qui inondent  le ciel bleu.

Il va être l’heure de sonner le retour dans la vallée, nous refermons nos sacs et direction le col de la Sitre, depuis les bords du lacs, nous avons un dénivelé de quelques 120.00 m à franchir.

Le bruit du rotor de l’hélicoptère de la sécurité civile attire notre attention, il se dirige vers le secteur du lac Blanc et plonge ensuite dans la combe de la cascade du bouchon. Nous n’en serons pas plus quelques dizaine de minutes plus tard, l’EC-145 vole en direction de Grenoble et du CHU.

Nous voilà de retour au refuge du Pré Molard, une petite pose fraicheur s’impose. Je profite de ces instants pour immortaliser les sculptures du gardien. Le sabot au lacet rouge, les trompettes de mort, le cèpe et la belle charrette recouverte de fleurs.

Nous quittons les lieux en ayant pris soin de prendre une plaquette, le refuge est ouvert jusqu’à fin septembre et plus si les conditions d’accès le permettent. Alors l’on peut envisager un Week-End avec  les enfants.

En attendant, nous partons en direction de la voiture, pour la descente, nous passons par le sentier aménagé en 2011. Je maintiens que la montée, peut-être plus longue, est plus aisée par la piste forestière.

Nous avons bien profité de cette journée, c’est, je pense le plus petit lac de la chaine de Belledonne. Son écrin est superbe et les paysages à son approche donnent une impression de haute montagne.

Alors pour vous faire profiter jusqu’au bout de cette randonnée, il ne vous reste plus qu’à visualiser les photos.

 

2012-08-19-lac-de-la-Grande-Sitre 2012-08-19-lac-de-la-Grande-Sitre

Commenter cet article

oursinet 25/08/2012 22:35

après une plaisante lecture me laissant rêveur j'ai bien apprécié tes photos ....de qualité !
@+mon pyrénéen

Articles récents

Hébergé par Overblog