Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ALPES ET PYRENEES

ALPES ET PYRENEES

Le Pyrénéen vous invite dans le monde de la montagne à la rencontre de la Faune et de la flore du massif Alpin au massif Pyrénéen et plus précisément l(Ariége)

Publié le par le pyrénéen
Publié dans : #randonnée

L'été nous réserve de bonnes surprises en ce mois de septembre, le soleil est avec nous pour une journée de marché dans le Dévoluy.

Oups! nous avons oublié Alain, espérons qu'il ne nous en tiendra pas rigueur. la prochaine sortie, nous nous organiserons avec un peu plus en avance.

Départ de la Jarjate à 1230 m d'altitude, la voiture est garée en lisière de forêt, sous cette frondaison la température est encore fraîche et nous apprécions celle-ci car la randonnée qui s'annonce, ne sera pas des plus à l'ombre. Pour l'instant, nous parcourons un monde végétal, Pin, Bouleau et prairie d'alpage.

Mais que dire de la suite, Lunaire, martien... c'est avant de franchir la moraine du Lauzon que nous apercevons les premiers contreforts blanc des belles falaises et des pieds fournis en éboulis qui viennent caresser la prairie verte qui surplombe le lac du Lauzon.

Direction le col du Charnier, première zone d'éboulis, une marmotte signale notre présence, nous mettons un certain temps avant de la découvrir, sur une brèche, elle est en situation de camouflage ton sur ton, elle disparait dans la couleur de la roche.

L'arrivée au col nous procure une vue sur le Dévoluy et la crête Sud est ornée de silex alignés tel des gardiens.

Le Grand Ferrand se dévoile avec ses pentes de roche et d'éboulis, je vous ai dit "lunaire", ce paysage est sans pareil. L'ascension va se faire sous le soleil, pas d'ombre, plus de végétaux ni d'arbre. Nous voilà engagé dans ce combat sur une sente qui se joue des éléments, à droite, à gauche, nous passons sur les silex qui jonchent le sol. Après une belle ascension de 200 à 300 m, nous atteignons la cheminée, passage qui de loin peut impressionner le randonneur qui progresse sur le sentier. Quelques pas de deux et de bonnes prises, nous voilà sur cette pointe qui sera notre repère pour la descente, trop à droite ou à gauche et la chute est assurée dans la falaise ou sur un tapis d'éboulis sans fin.

La trace nous guide sous le sommet, deux à trois pitons donnent le tempo : "attention évolution en aérien", une petite vire nous accueille et nous permet de franchir le premier verrou. Au détour de ce rognon, une faille de plusieurs mètres plonge dans les éboulis de la face Nord-Est, sujet au vertige s'abstenir ou alors fermer les yeux et faire confiance aux co-équipiers. devant nous à 100 m le sommet nous attend, nous gravissons les marches naturelles taillées dans la roche et nous voilà sur le Grand Ferrand.

Vue à 360°, du Ventoux au Mont Blanc en passant par le Mont Aiguille et la Pic de Bure, les falaises du Saint Eynard (Grenoble) et la Dent de Crolles.

C'est la pose avant la descente, en souplesse pour éviter de chuter dans le vide.

Belle sortie avec ces 1700 m de dénivelé (environ) et 7h00 de marches + la pose au sommet.

Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral
Du végétal au minéral

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog